Assbc
La Bible en prison



Ces trajectoires individuelles - reccueillies par Vincent Leclair, aumonier au centre pénitenciaire de Béziers en juillet 2012 - montrent que la Bible a du retentissement en prison, et soulignent la nécessité de donner des outils pour y entrer, pour y être accompagné. Exceptionnelles, elles révèlent en creux l’intérêt d’écouter et recueillir la parole de ceux qui les vivent, et de soutenir ceux qui les accompagnent par des ressources appropriées. Elles ne doivent pas masquer une autre réalité du travail, plus habituel, qui se fait en groupe organisé, avec des propositions structurées. Elles sont d’un autre ordre.



Arnaud


A peine arrivé en détention, il demande à voir un aumônier. A notre première rencontre, il me dit : « aujourd’hui, c’est mon anniversaire ». Il a 20 ans. Il ne l’a fêté avec personne. Je lui souhaite bon anniversaire et lui offre ce que j’ai de convenable sur place : un petit livre de vulgarisation biblique sur les prophètes d’Israël. A notre deuxième rencontre, il a tout lu et me demande une Bible pour y lire les histoires d’Elie, Amos, Osée, Jérémie…

Après ces premières expériences, nous aborderons ensemble le Nouveau Testament, puis Arnaud fera un beau cheminement vers le baptême et sera libéré 15 jours avant la célébration…


Cyrille


Lors d’une visite à son codétenu, il me demande une Bible, en me précisant qu’il ne l’a jamais lue et ne connait rien au christianisme. Je lui donne un Nouveau Testament avec les Psaumes et l’encourage à lire Marc, et à parcourir les Psaumes, et je lui dis que je reviendrai pour en rediscuter ensemble. Pendant plusieurs semaines, il me dit qu’il a lu mais qu’il n’a rien à dire et je commence à penser qu’encore une fois, on m’a demandé une bible pour pouvoir se rouler des joints dans du bon papier…

Et puis un jour, par hasard, il me pose un tas de questions. Il a lu Marc, puis Luc, puis Jean… Il est dans les Actes. Je le suis avec ses questions dans Romains où les choses se compliquent beaucoup pour lui. Ses questions partent de la Bible mais ouvrent tout un questionnement sur lui-même.

Au moment où nous passons à l’Ancien Testament, à Caïn et Abel, il me demande tout à coup : « A qui faut-il croire pour aller au paradis?». Je réponds « Et vous qu’en pensez-vous ? ». Et, nous appuyant sur les souvenirs de ses lectures bibliques, nous en arrivons à conclure tous les deux que « ce dont nous avons besoin pour être sauvé, c’est d’un Dieu capable de nous pardonner ». Cette découverte reste une très grande expérience pour moi. Elle a permis à Cyrille de faire tout un chemin intérieur de réconciliation avec son passé de trouver la paix, et d’avancer vers la foi.


Pierrick


C’est un joyeux voyou, bien connu à l’extérieur d’un membre de notre équipe. Faire la fête, casser, en découdre avec quiconque l’importune, et entrer en prison n’est pas un drame pour lui. Jusqu’au jour où le visitant, je le trouve calme dans une cellule silencieuse où il est seul et m’annonce : « Vous tombez bien, j’étais en train de lire la Bible ! » Bible qu’il a empruntée à la bibliothèque. Sa lecture est étonnamment moderne, adulte, prenant du recul, peut-être un peu intellectuelle. Elle accompagne un changement radical de vie, apaisé, conscientisé. Je suis sidéré de voir avec quelle facilité il entre dans l’Ancien Testament, avec un sens inné de la critique historique, dépassant la question de la véracité des faits, car « ce n’est pas ça l’important, l’important c’est que ces textes nous parlent de Dieu, de nous, du bien et du mal » !

Expériences bibliques en détention:

comment un chemin s’initie par une découverte accompagnée de la Bible.

shape