Assbc
La Bible en prison



Je souhaite vous partager l’importance de la Bible, du partage de la Parole de Dieu et pour certain de la découverte de la foi en milieu carcéral. Ceci passe aussi, bien sûr, par les efforts que nous faisons ensemble, l'association AssBC et nous aumôniers, pour que cette Parole arrive jusque dans les coins les plus fermés de notre société.


Comment le Seigneur, par sa Parole, a agit avec moi.


Lorsque, en 2004, Mgr Aumônier m’a fait demander si j’acceptais comme nouvelle mission d’être aumônier de prison, j’ai été très désappointé. Je ne m’attendais pas à cela et sincèrement, je n’étais pas emballé du tout!

Rentrant chez moi, j’annonce ce que je considérais comme une “véritable catastrophe” à Claudie mon épouse, lui disant que je ne m’y voyais pas du tout, elle me répond, qu’au contraire, elle, m’y voyait très bien… stupeur générale et panique à bord, car mon épouse a toujours été de bon conseil pour moi.

Le soir, après la prière des vêpres, dans le secret de notre petit oratoire familial, j’en profite pour dire au Seigneur que là, il me fait un coup “en vache” et je ronchonne à n’en plus finir contre Lui. Voyant la Bible ouverte, il me vient très fort à l’esprit : « Prends et lis ». Alors je prends cette Bible qui est là, ouverte au hasard du ménage où Claudie l’avait laissée.


Mes yeux se sont alors porté sur un passage du Psaume 107:



Ils étaient là en un monde de ténèbres,

rivés à la misère, rivés à leurs fers,

pour n’avoir pas écouté les paroles de Dieu,

pour avoir méprisé les avis du Très-Haut.
Il les avait brisés par les épreuves,

ils chancelaient et nul ne les secourait.


Mais dans l’angoisse ils crièrent vers le Seigneur :

lui les tira de leur détresse.

Il les fit sortir du noir, des ténèbres :

il avait rompu leurs chaînes !


Il a brisé les portes de bronze,

il a mis en pièces les verrous de fer.

Ils faisaient les fous sur les chemins du péché,

et ils devaient payer leurs fautes.

Ils ne supportaient plus aucun aliment,

ils étaient arrivés aux portes de la mort.


Mais dans l’angoisse ils crièrent vers le Seigneur

et il les tira de leur détresse.



Alors, je me suis arrêté de lire, profondément troublé, c’était un peu comme si le Seigneur me disait « Regarde leur misère, que vas-tu faire ? ». Pour moi, pas de doute, il était bien question des prisonniers. Alors, je dis au Seigneur, bataillant encore avec lui : "Mais enfin Seigneur qu’est ce que je vais foutre en prison ? Que veux-tu que je dise à ces types, que puis-je leur apporter ? Non je n’irai pas, t’es bien gentil mais c’est non" Un peu comme: Seigneur, que ma volonté soit faite !

Me calmant un peu, je reprends la Bible et lis la phrase suivante : «Il envoya sa Parole, elle les remit sur pied et les fit échapper à la tombe». Alors retrouvant la paix, dans la confiance, je lui ai dit oui. Un bon diacre se serait souvenu plus tôt qu’il était ordonné aussi pour être serviteur de la Parole au service de tous et surtout des plus pauvres.



Les détenus et la Bible


Je tiens à vous dire l’énorme importance que les détenus attachent à la lecture de la Bible, de leur Bible, où ils y cherchent et trouvent réconfort et force pour vivre le jour présent.

Nous en offrons en grand nombre, en toutes langues (allemand, anglais, espagnol, italien, russe, roumain, indi, quelques unes en dialectes africains, j’ai même offert deux évangiles en arabe à un musulman qui me demandait un Coran pour lui et son co-détenu ne parlant pas Français, je lui ai dit je n’en avais pas, mais que je pouvais donner un Livre sur la vie de Issa (Jésus, pour les musulmans).

Durant les 6 ans qui viennent de s’écouler nous en avons offert près de 1200, la majorité en Français.

Je remercie vivement Louis Hurault et l’AssBC qui nous permettent, par les prix pratiqués, cette diffusion de la Parole de Vie en ce lieu de grande misère, "Pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort. Pour conduire nos pas et leurs pas au chemin de la paix."

L’année dernière, nous avons mené une action auprès de toutes les prisons de la région pénitentiaire d’Ile de France qui comporte 12 établissements répartis sur 8 départements, nous permettant d’acquérir 720 Bibles des Peuples petit et grand format.



Un jour, je visite un homme, Pascal, qui venait d’arriver. Il était très mal.

Je le retrouve quelques jours plus tard au quartier isolement, enfermé en cellule bien sûr, mais enfermé aussi en lui-même. Après quelques minutes, pratiquement sans paroles, je lui demande s’il souhaite que je revienne le voir. Réponse positive.

A la deuxième visite, il me demande si je peux prier pour lui, là en cellule.

A la troisième visite, je lui offre une Bible (des Peuples, bien sûr) et nous prenons l’habitude de lire un passage des évangiles, celui que Pascal aura choisi lui même, puis nous échangeons sur ce texte et enfin nous prions, ensemble.

A la quatrième visite, comme il voulait mieux comprendre ce qui se cachait derrière les mots, je lui offre un Vocabulaire de Théologie Biblique.

Nous nous sommes rencontrés une heure par semaine durant ses 18 mois de détention, puis il a été relâché, toujours sans jugement à ce jour.



Lire la lettre de Pascal, détenu à Bois d'Arcy

Témoignage de Jean-Claude, ancien aumonier à la prison du Bois d'Arcy (AG 2010)

shape