Assbc
Plans successifs des constructions de Bethléem

La ville de Bethléem est établie sur une excroissance des monts de Juda, tournée vers l’est. Le versant nord de cet éperon rocheux est fort pentu et percé ça et là de grottes naturelles, il se prête donc parfaitement à l’aménagement d’habitations troglodytes.


Une de ces grottes est habitée par une famille de la parenté de Joseph : là est nait le Messie. C’est donc là que va s’exprimer la volonté des croyants de localiser et de sacraliser le souvenir de l’évènement. Des constructions vont se succéder à travers les âges et les éléments architectoniques encore en place nous en fixent le parcours. On peut les repérer assez facilement si l’on observe aussi bien dans le sol, que sur les parois ou au plafond de la grotte, dans son état actuel, ce qui est en pierres de construction et ce qui n’est autre que le rocher naturel. Les murs en pierres relèvent des aménagements successifs, le rocher par contre a pu être raboté, creusé, il n’a pu être rapporté.

Bethleem

Ce troisième schéma met en relief les travaux de reconstruction effectués sous le règne de Justinien (527-565) : rotonde et basilique sont réunies pour ne faire plus qu’un seul édifice. L’accès à la partie vénérée de la grotte ne se fait plus par l’ouest de celle-ci, mais par deux escaliers symétriques à l’est. Le plan général ne sera plus modifié jusqu’à l’époque moderne.

Le second schéma rend compte de l’œuvre accomplie par les Byzantins au 4ème siècle une rotonde octogonale – nous savons maintenant pourquoi ! – est édifiée au-dessus du fond de la seconde salle réservée au bétail (3) Les Byzantins ont dû raisonner à partir des données ci-dessus : l’évangile nous parle d’une mangeoire, or sa place ne peut être dans la pièce d’habitation, elle est par contre tout à fait normale dans l’étable. Mais… Il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune dit l’évangile : entendons : ce n’était sans doute pas le lieu le plus propice pour un accouchement que cette petite pièce où chacun vaquait à ses occupations familières.


Une petite salle qui sera occupée par Saint Jérôme est construite devant l’entrée (2) et une basilique de plan rectangulaire édifiée à l’ouest de la rotonde (4). Désormais, on se rendra directement à la grotte par la rotonde.

Sur le premier schéma, on voit en brun granité le plateau rocheux et en vert la pente rapide qui descend vers la vallée. L’intérieur de la grotte est en blanc, le plan en est bien sûr totalement irrégulier, en surface comme en nivellement. Un regard parallèle porté sur une grotte de Tékoa permet d’esquisser une lecture plus approfondie des lieux. Cet habitat troglodytique s’est trouvé très récemment enfoui sous les bâtiments modernes d’un kibboutz. Mais l’auteur de ces lignes qui l’a visitée de nombreuses fois en compagnie de pèlerins, peut attester ce fait : dans cette grotte de Tékoa la première salle naturelle était occupée par une famille de bergers, et après un étranglement de la roche s’ouvrait une seconde salle beaucoup plus vaste où se trouvaient parquées les bêtes. Je pense donc que l’on peut de la même façon se représenter la répartition des lieux à Bethléem entre habitants et troupeaux.

Nous contacter
Mentions légales
shape
Antiquité - Premiers siècles - Croisades - Constructions - Façade Basilique - Intérieur Basilique - Lieux secondaires - Textes bibliques
Retour Bethléem